article de presse

« On a dû jouer avec des maillots mouillés » - Cholet

mercredi 18 novembre 2009
Fouad Riad, président depuis juin de Cholet-Bretagne, devant le stock de maillots sales, dans le nouveau local du club.La machine à laver de l'association est restée dans l'ancien local, auquel elle n'a plus accès.</P>

 

Le club de foot Cholet-Bretagne n'a plus accès au local où il entrepose notamment ses séchoirs.Une réunion est prévue avec la Ville ce matin.

 

L'histoire

« On a fait confiance, on a passé des heures en réunion avec la mairie. Maintenant, on n'a plus confiance. » La colère de Fouad Riad est froide. Mais réelle. Le président, depuis juin, du club de foot Cholet-Bretagne (1) peste : « La ville la plus sportive de France... Faire ça à un club le soir où elle organise sa nuit des trophées ! » Ça, c'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, vendredi dernier. Qui a obligé les joueurs à enfiler des maillots mouillés pour défier leurs adversaires en championnat, dimanche. Explications.

Le projet de déménagement

Jusqu'alors, Cholet-Bretagne avait son local près de l'école Jules-Verne. La Ville (2), à qui appartiennent les murs, a demandé au club de le transférer au stade la Treille. Cholet-Bretagne y joue et la Ville y a construit des locaux neufs. Elle souhaite y abriter le club, mais aussi l'Intrépide-CAEB, un autre club de Cholet, logé pour l'heure dans un grand bâtiment de la Treille, qu'elle veut démolir. « On ne remet pas en cause le projet, souligne Fouad Riad, président de Cholet-Bretagne. Simplement, il n'y a pas eu de concertation sur les conditions. » Ni de date fixée pour le déménagement.

L'incident

En début de semaine dernière, Fouad Riad remet à la Ville les clés du local de Jules-Verne, le temps que soient changées les menuiseries. En milieu de semaine, il s'inquiète de ne pas avoir de nouvelles. Il a été convenu qu'il pourrait récupérer les clés, pour préparer les matchs de championnat du week-end. « Vendredi en fin d'après-midi, on a obtenu in extremis qu'on nous ouvre quelques instants le local. Sinon, on n'aurait même pas eu de maillots pour les matchs du week-end. Il a fallu négocier pour faire tourner notre machine à laver. On est repartis avec les maillots mouillés vers le nouveau local. » Pas de chance : il n'y a pas de chauffage, et les séchoirs sont restés dans l'ancien local. D'où les maillots encore mouillés le surlendemain. « Je me suis excusé auprès des joueurs. »

La situation actuelle

Le club dispose de locaux trois fois plus petits qu'auparavant. Armoires, bureaux... et surtout machine à laver n'ont pas pu être transférés pour l'instant. « Vu la place, on va de toute façon certainement faire appel à Emmaüs pour leur donner une partie de nos meubles. Pour la machine à laver, on attend le branchement qui a été promis. » Et le club n'a toujours pas accès au foyer, pour recevoir les équipes adverses.

La suspicion

Dans les nouveaux locaux, Cholet-Bretagne partagerait le foyer avec l'Intrépide-CAEB. « Pourquoi pas. Mais comment fera-t-on quand les deux clubs reçoivent en même temps ? » La cohabitation imposée ne fait pas rêver les deux clubs. « C'est comme si on voulait nous pousser à la fusion », soupçonne Fouad Riad. Qui se dit que Cholet-Bretagne, à l'identité maghrébine, est « peut-être un club qui dérange ».

La solution ?

Les dirigeants de Cholet-Bretagne ont rendez-vous ce matin à la mairie. Avec l'ambition de « comprendre pourquoi on nous a fait les choses à l'envers, alors qu'on veut avancer en concertation ». Ils emmèneront les maillots non lavés du week-end dernier. « On a failli tirer au sort pour que l'un de nous les lave. Puis on s'est dit que ce serait plus parlant que bien des discours. »

Émeric EVAIN.

(1) Cholet-Bretagne (association Bretagne multisport) évolue en promotion d'honneur, ce qui en fait le 2 e club de Cholet, après le Soc, en termes de résultats.

(2) Nous n'avons pas réussi à contacter Florence Dabin-Hérault, élue en charge des sports.

Toujours pas de foyer pour Cholet-Bretagne - Cholet

jeudi 19 novembre 2009

 

Le club de foot et la Ville n'ont pas trouvé de terrain d'entente, hier. Mais l'adjointe aux sports promet une solution.

 

« Sans foyer, je ne sais pas si le club pourra tenir deux ans... » Fouad Riad et Hicham Benbougrine, dirigeants du club de foot Cholet-Bretagne, sont sortis désabusés de la mairie, hier. Ils y rencontraient Florence Dabin-Hérault, adjointe aux sports, pour évoquer leurs problèmes de locaux (Ouest-France d'hier).

« On nous a informés que le foyer de la Treille serait uniquement pour le CAEB (un autre club choletais). Du coup, on ne nous propose plus rien en remplacement de notre ancien foyer. » Embêtant pour la vie du club, qui en avait fait un lieu de rencontre. Dramatique pour ses finances : « Le foyer et la buvette généraient 40 % de nos revenus. »

Une convention était proposée au club pour l'occupation d'un local de stockage et un bureau. Les dirigeants ont demandé à ce que figure la mention « en attente d'un foyer » : refusé par la mairie. « Nous n'avons aucune obligation légale de fournir un foyer à chaque club », rappelle Florence Dabin-Hérault. Qui tempère : « Mais avons vraiment à coeur d'en trouver un pour que tous les clubs soient traités sur un pied d'égalité. »

Pas non plus de volonté de « punir » le club, accusé d'avoir dégradé son ancien local. Une subvention municipale a d'ailleurs été bloquée pour cette raison. « On va faire les choses ensemble, promet l'élue. Dès que nous aurons quelque chose, nous le leur présenterons. Mais il faut d'abord étudier les pistes. » Parmi lesquelles on évoque le multisport, la Girardière ou encore au centre social Pasteur. « Croyez-moi, je n'ai pas envie que ce dossier traîne six mois », conclut Florence Dabin-Hérault.

 

É. É.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×